L’art du Kokedama

Bonjour les Mums !

J’avais hâte de vous présenter ce DIY trop canon : l’art du Kokedama ! Cette magnifique décoration végétale nous vient tout droit du Japon, et il s’agit, comme son nom l’indique (^^), d’une boule de mousse végétale (Koke = mousse ; Dama = Boule).

J’ai eu le plaisir d’apprendre cet art grâce à La Fabrique à Kokedamas https://www.facebook.com/LaFabriqueaKokedamas/)  lors d’un atelier  à Lyon. Pendant 2 heures conviviales, j’ai appris à connaitre les plantes adaptées à la technique du Kokedamas, les entretenir et surtout les créer !  L’atelier coûte 30€, se termine autour d’un thé et petits gâteaux et surtout on repart avec sa création (pour information, pour avoir visiter quelques fleuristes à la recherche de Kokedamas, cela coûte entre 25 et 40€ à Lyon donc le prix de l’atelier est CARRÉMENT top !)

Pour fabriquer un Kokedamas vous avez besoin :

  • Une plante (of course !) comme un lierre, une fougère mais vous pouvez aussi tenter avec une orchidée (c’est magnifique !)
  • De la terre pour Kokedamas (vendue prête à l’emploi ici, je n’ai pas testé), il s’agit d’une terre argileuse et contenant des fibres végétales, que vous pouvez faire très simplement avec :
    • Du terreau (vendu dans n’importe quelle jardinerie comme ici)
    • De l’argile (vendu en boutique de loisir créatif comme ici) que vous ferez tremper dans l’eau pour le dissoudre
    • de la sphaigne (vendu en jardinerie comme ici)
    • de la mousse verte fraîche (récupérée dans les sous bois, c’est une belle occasion pour faire une balade en famille, sinon vous pouvez la commander chez votre fleuriste ou avec un peu de chance en trouver des pas trop moche en jardinerie ici ou même en boutique de loisir créatif comme ici à tester ^^)
  • Fil nylon
  • De l’eau et un saladier

1 doré On commence par déshabiller notre plante (Ouuuuh !)… On va dépoter notre jolie plante au dessus d’un saladier et enlever le maximum de terre pour déshabiller le joli système racinaire de notre plante (On n’hésite pas, on enlève VRAIMENT le max).

Processed with VSCO with s2 preset

Processed with VSCO with s2 preset

2 doré On prépare le substrat en 3 étapes (si vous n’avez pas été tenté _bande de feignasse_ par la terre toute prête) :

img_20170108_115716On prends 4 grosses poignées de terreau que l’on inhibe d’eau :

Processed with VSCO with s2 preset

Processed with VSCO with s2 preset img_20170108_115716On ajoute une grosse noix d’argile  (si l’argile n’est pas assez dissoute, malaxez la dans l’eau au préalable) que l’on mélange bien au terreau. L’argile colle beaucoup, il faut bien l’écraser dans le terreau pour avoir un mélange homogène. (L’info du bus magique : L’argile va permettre de faire une jolie boule qui tient toute seule mais attention ! ALERTE ! Trop d’argile = effet béton = asphyxie de la plante.. On abuse pas des bonnes choses).

IMG_20170225_144308.JPG

Processed with VSCO with s2 preset

img_20170108_115716Pour finaliser notre substrat, on ajoute une petite poignée de sphaigne que l’on intègre coupée en petits bouts au mélange (nouvelle info du bus magique : la sphaigne est un genre de mousse qui va agir comme une éponge en retenant l’humidité dans la boule)

Processed with VSCO with s2 preset

Processed with VSCO with s2 preset

Processed with VSCO with s2 preset

3 doré  Et maintenant, on plonge les mains dans la terre et on forme une jolie boule ! La taille de la boule doit être en proportion de la taille de la plante.  Avec ce que vous avez dans le saladier vous devriez pouvoir faire une boule de la taille d’un pamplemousse. Si la boule s’effrite, n’hésitez pas à rajouter un peu d’eau. Comme test, vous devez pouvoir ouvrir votre boule en deux sans que la terre ne s’effrite.

Processed with VSCO with s2 preset

Processed with VSCO with s2 preset

4 doré Une fois que vous êtes fière de votre bouboule, on va la séparer en deux (normalement pas de suspense, vous avez déjà fait le test) et on va venir y insérer le système racinaire de la plante. On peut couper quelques racines pour que la boule enveloppe bien toutes les racines une fois refermée.

Processed with VSCO with s2 preset

Processed with VSCO with s2 preset

5 doré Et là… l’étape où tu as envie d’être Schiva… Non parce que pour les néophytes de l’art du Kokedamas comment dire… entourer la boule de terre de mousse verte et la ficeler  avec du fil nylon ? Bah c’est pas évident évident ! Mais on y arrive quand même ! On vient d’abord entourer la boule de terre de mousse verte, la technique c’est de prendre un morceau assez grand sur lequel on fait une encoche sur l’un des côtés. Cette encoche va servir de « col » en y insérant la base de la plante avant d’entourer la boule du reste de la mousse. Si vous avez trop de mousse et que la mousse se double sur certaines parties coupez la. Il ne faut pas 2 épaisseurs de mousse. S’il vous manque un peu de mousse en revanche pas de panique, ajoutez quelques morceaux, vous allez ficeler le tout donc ça va tenir. Pareil, si la boule n’est plus trop une boule, pas de panique, vous allez pouvoir « sculpter » la forme de la boule en la ficelant. Pour ficeler la mousse, on va commencer par faire 1 tour de la boule avec du fil nylon et faire un nœud, puis on va passer dans TOUS les sens de façon un peu anarchique mais surtout pour que tous les morceaux de mousse tiennent. Et l’on vient finir en faisant un nœud au point de départ.

Processed with VSCO with s2 preset

Processed with VSCO with s2 preset

Processed with VSCO with s2 preset

Processed with VSCO with s2 preset

Ta Daaaaaaaaam !

Processed with VSCO with s2 preset

Processed with VSCO with s2 preset

Processed with VSCO with s2 preset

Et le cadeau c’est la sublime manucure !

 

Processed with VSCO with s2 preset

Alors ?

Ah et j’allais oublier le point « Entretien », parce que ce n’est pas tout le faire un kokedama, il faut pouvoir l’entretenir pour ne pas sacrifier sa french manucure tous les mois !

L’arrosage se fait par trempage, des bains dans un plat avec une hauteur d’eau de 2 à 3 cm pendant 20 min maximum. Après chaque bain, pressez la mousse pour évacuer le surplus d’eau. Bien évidemment, la fréquence des bains va varier en fonction de la plante mais pour la majorité des plantes, un bain 1 fois par semaine est suffisant.

Marine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s