12 mois – Des caprices ? Ma définition

C’est toi le caprice !

Petite j’étais capricieuse, aujourd’hui je le suis toujours (moins mais toujours) pourquoi ? Parce qu’on me l’a toujours dit. Marine fait des caprices, c’est une petite fille capricieuse, c’est une princesse, dès qu’elle n’a pas ce qu’elle veut elle fait un caprice…

Oui, j’ai été bercé dans ce flot de jolis mots doux à intervalle régulier et pourtant ! Pourtant, j’ose croire que les caprices n’existent pas. Oui je vous entends déjà, vous qui avez supporté mes caprices entre 1 et 5…8…15 ? 28 ans ? dire : « elle se moque de nous ?!? Mais c’est elle qui a inventé le concept même du caprice ! »

Mais tant pis, je me lance avec courage dans ma débâcle !

Il est certain, qu’un enfant entre 1 ans et (chiffre mystère) nous teste. Il teste notre patience et notre résistance, un peu comme si on devait chaque jour affronter l’épreuve des poteaux de Koh-Lanta ! Alors bien évidemment, au bout d’un moment, on craque… vous voyez ce moment où vous dites à votre enfant « Calme-toi… CAL-ME TOI… Calme-toi !! CAAAAALME TOOOOI JE T’AI DIT !! »

Ce n’est pas très « Psychologie positive » tout ça, et pourtant cela m’est arrivé plus d’une fois. Le bilan ?  Cela n’a servi à personne. J’ai vu la peur dans les yeux de Jade, et ma culpabilité grandir au fond de moi. A chaque fois où j’ai crié sur ma fille s’en est suivi des larmes (et je ne parle pas que de celles de Jade).  C’est vrai, avec un peu de recul je me dis « Sérieusement ? C’était vraiment la seule solution que j’ai trouvé ?».

Non mais rassurez-vous hein, si on me crie « CAAAAAAALME TOI » c’est certain, je vais trouver sérénité et paix intérieure à coup sûr ^^ … Parentalité PO-SI-TIVE et bienveillante… pas évident tout ça, c’est plus facile à lire qu’à mettre en pratique.

Je suis impulsive, c’est ma nature, et dans des situations conflictuelles j’ai du mal à me raisonner. Alors j’essaie (je progresse) d’identifier les éléments déclencheurs et de les comprendre… Finalement ce que j’ai ressorti de ce questionnement ? C’est que je subis ma vie, en répondant aux exigences et obligations de ma vie de femme, épouse, mère et salariée mais sans en profiter vraiment… Je suis spectatrice de ma propre vie et me contente de réagir aux éléments extérieurs sans anticipation aucune. Une véritable bombe à retardement à chrono très court (impatience…), explosant à la moindre contrariété (du coup souvent…) le tout mêlé d’un brin de pessimisme, phobie sociale et égocentrisme (Rien que ça ?) d’où les «Mais pourquoi ça n’arrive qu’à moi », « J’ai jamais de chance », « Ils ont tous décidé de me faire chier aujourd’hui ? » … Bref…

En voulant faire preuve d’abnégation, j’ai finalement réussi à rendre tout le monde fou à la maison : le mari, la fille et même le chat (quoique… j’ai un doute pour le chat) !

Force est de constater qu’en même temps qu’apprendre à gérer les colères de Jade, il faut aussi que j’apprenne à gérer ma colère… face à sa colère (mais pas que, mais on va se focaliser sur sa colère surtout)

Pendant 1 mois, j’ai pris le temps de noter dans un carnet, tous les moments  où Jade s’est mise en colère, faisant selon certains un « caprice » ce qui me mettait moi-même en colère (cercle vicieux) et j’ai fait 3 colonnes :

– Dans la première j’ai décrit la situation ou l’évènement déclencheur du « caprice » ou plutôt de sa colère,

–  Dans la deuxième colonne j’ai décrit ce que j’ai pensé  de la réaction de Jade ou bien les phrases que j’ai entendu des personnes présentes,

– Dans la troisième colonne, à tête reposée, j’ai changé les rôles et j’ai décrit ce que j’aurais pensé si non pas ma fille mais mon mari ou ma maman s’était mis en colère à la place de Jade.

Bien évidemment, LA grande différence entre les deux dernières colonnes et pas des moindres : Jade, 16 mois, ne parle pas encore et n’a que les cris et les pleurs pour s’exprimer quand en tant qu’adulte nous avons un super et délicieux moyen de communication : la parole nous évitant de nous jeter par terre à la moindre contrariété…

Attention, expérience, vis ma vie de maman séquence 1 au travers de 3 exemples courant :

colere.png
Vous avez une idée de pourquoi… pourquoi est-ce que l’on trouve des excuses aux adultes que l’on ne trouve pas aux enfants ?

FLASH INFO : C’est une Révélation !!! Je ne suis pas devenue MOINS capricieuse, j’ai juste obtenu PLUS d’excuses ! … D’ailleurs, le dernier niveau à atteindre dans cette fulgurante ascension, l’excuse suprême que seule une élite en a le privilège est « C’est normal, il est vieux ». Hâte, Hâte Hâte…

Blague à part… Jade est une personne à part entière comme nous. Parfois je n’arrive pas à m’endormir, je peux tourner des heures, je peux avoir mal au ventre, être anxieuse ou simplement ne pas arriver à trouver le sommeil malgré la fatigue, est-ce un caprice ?

Il y a des millions de raisons pour que Jade n’ai pas envie de dormir un soir dans la semaine et c’est bien une solution de facilité de se dire « Elle fait un caprice », la disputer et serein d’avoir fait son travail parental, fermer la porte. Et si elle avait mal au ventre ? Et si elle avait peur du noir ? Et si elle n’était pas fatiguée  tout simplement ?

Finalement,  derrière ce que l’on aime appeler caprice il y a toujours une raison… mais une raison qui nous échappe.

Ce que Maman ou papa ne comprend pas voilà la définition d’un caprice.

En revanche si lorsque l’on parle de caprice on parle d’un excès de colère, de frustration, d’un trop plein d’émotion à évacuer alors oui je suis d’accord : Jade s’exprime. Quel soulagement !

Alors plutôt que de la frustrer, d’avoir le « dernier mot », avoir raison, ou simplement la faire taire parce que « Mince, c’est l’heure où l’on a envie de profiter du repas tranquillement » ou « Punaise, je n’arrive pas à faire mes courses et me concentrer sur ma liste si elle pleure », j’essaie (j’ai bien employé le verbe essayer et non réussir) de ne pas être dans l’affrontement quotidien… de prendre le temps, de prendre du temps. Prendre du temps pour expliquer, pour rassurer, pour exprimer ses émotions ou pour lui montrer l’exemple.

Et ce n’est pas facile de « prendre du temps » quand il y a une crise parce que l’on est souvent occupé (toujours !) alors je me suis notée une jolie citation que j’aime me rappeler quand je sens que je vais hurler de rage et de désespoir :

Aletha solter.png

Ah ouai d’accord, c’est quand même moins rapide que « Calme-toi… CAL-ME TOI… Calme-toi !! CAAAAALME TOOOOI JE T’AI DIT !! » … mais ça fonctionne (vraiment) mieux par contre, je pense que je vais gagner du temps sur le long terme ^^

[Si vous avez envie d’en savoir un peu plus sur la « parentalité positive et bienveillante » dont je ne suis pas experte mais dont j’essaie d » m’imprégner, je vous conseille le livre au titre évocateur  « J’ai tout essayé » d’Anouk Dubois ainsi que le blog Les Supers Parents ^^]

Oh ! Et une dernière chose, lorsque Jade est A-DO-RA-BLE chez papi et mami, chez tata ou à la crèche… et qu’elle change complètement de comportement une fois maman arrivée et peut même se mettre en colère, crier et pleurer pourquoi ? Enfiler ses chaussures ? Moucher le nez ? Ranger les jouets ?   Et bien non ce n’est pas non plus un caprice ^^.

C’est le principe même de l’instinct de tous les petits mammifères sur terre, lorsqu’un petit lionceau est loin de sa mère dans la savane, il se terre, il ne fait pas un bruit, comme suspendu par le temps… Il ne veut pas se faire remarquer…

En revanche lorsque la maman lionne arrive, le lionceau mugit, joue et surtout libère la dose de stress qu’il a accumulé durant la looooooongue absence (d’1 heure ? Oui ils n’ont pas la notion du temps) de sa maman. Les enfants sont comme ces lionceaux, ils ne savent pas encore gérer leurs émotions. Jade ne peut pas encore évacuer son anxiété par la parole ni se contenir. (En tant qu’adulte vous n’avez jamais fondu en larme pour des retrouvailles ou même d’un trop plein d’émotions, d’une journée de stress ou d’épuisement ? Et pourtant, je suis certaines que vous connaissez un paquet de mot pour exprimer vos émotions… mais on craque quand même et ça fait du bien !). Isabelle Filliozat l’exprime très bien :

isabelle filliozat2.png

 

Elever ses enfants sans élever la voix… ce n’est pas facile tous les jours mais qu’est ce que ça fait du bien ^^ C’est difficile à concevoir pour certaines mais non… je n’ai pas envie d’éduquer ma fille dans la crainte, la peur, la honte… Je suis disposée à croire que, non, ma fille ne fait pas de caprice « rien que pour me faire chier » et non je ne lui donnerai pas de fessée (ne jamais dire jamais je sais ^^). Et malgré cela, ma fille va découvrir, connaitre ses limites, apprendre.

Pour finir, et parce que j’aime bien me torturer l’esprit, je cite Françoise Dolto  :

francoise.png

Je ne sais pas si vous l’interprétez comme moi. Pour moi,  les symptômes en médecine sont les signes révélateurs d’une maladie… Si nos enfants sont nos symptômes, alors nos enfants sont certainement révélateurs de ce que nous sommes…

Et sur ce, vivement la crise d’ado…

Bisous !

Marine

Processed with VSCO with s2 preset

6 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. anais dit :

    olalalala m tout ce que je pronne. je participe à un atelier de parentalité positive c’est génial des gens qui penses comme nous jai pas tout lu je relirais ton article des que j’ai 5minutes de repos!

    Aimé par 1 personne

  2. anais dit :

    combien de fois j’entends elle te fait un caprice berce la pas donne lui une fessée…. et non je ne le ferrai pas je berce je console j’écoute je m’énerve aussi desfois car c’est quand même humain quand tu dors pas et que tes 2 gosses veulent les bras mais au moins maintenant je comprends grace a les lectures c’est génial. mais on me regarde comme une fille tout le temps.il a le livre »il n’y a pas de parents parfait  » de filliozat qui est génial et « vivre heureux avec son enfant » de Catherine guegen . j’adore ton article .

    Aimé par 1 personne

    1. MarineLyon dit :

      Merci Anais ! Ce n’est pas facile tous les jours d’appliquer cela surtout lorsque l’on est pas de nature calme mais c’est un petit effort quotidien qui permet de créer des automatismes. On a tendance à croire que les enfants ne comprennent pas ce que l’on explique car ils ne parlent pas mais c’est faux… ils comprennent, il faut simplement (simplement mais pas simple) prendre le temps… plein de bisous ! Je vais regarder les livres que tu as cité ^^

      J'aime

      1. anais fuentes dit :

        si besoin je peux t’en prêter ! bisous

        J'aime

  3. Alexane dit :

    J’adore ! Bon il est vrai que les miens sont encore tout petit mais j’ai entendu tellement de personnes me dire « mais pourquoi tu y va à chaque fois qu’ils pleurent, tu va en faire des capricieux et tu va t’épuiser à force ». Hors jusque 3 à 4 ans les enfants n’ont pas la capacité intellectuelle de manipuler, autrement dit de pleurer pour nous faire tourner en bourrique ! Donc quand ils pleurent c’est qu’ils ont forcément une gène et pour moi cela s’est vérifié à chaque fois par des problèmes de digestion (prout, coliques et rots en pagaille), le besoin d’être rassuré ou un doudou qui après avoir été balancé est devenu trop loin pour le récupérer ou que l’un a réussit à enfilé par les barreau pour atteindre le lit de son frère collé au sien et qui est devenu impossible à récupérer (pleure de drame absolu). On dit également que la compassion des parents aident les enfants à être plus calme… Et puis, il parait que moi aussi j’étais « capricieuse » mais finalement çà nous aide à trouver la force d’obtenir ce que l’on souhaite pour nous et pour les personnes qu’on aime 😉

    J'aime

    1. MarineLyon dit :

      Oui c’est encore plus valable pour les enfants de moins d’un an, ils ont des besoins primaires. Ils peuvent pleurer car ils ont faim, froid, chaud, mal au ventre ou besoin d’être rassurés et certaines enfants sont plus sensibles que d’autres ^^ des bisous !! Merci encore pour ton retour ca me fait plaisir de te lire.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s